Tortues (3)

Tortues (3)

C’était un monstre, grand comme deux hommes. Il était entièrement recouvert d’un matériau brillant et métallique qui semblait briller de mille feux sous la lumière de l’appareil de Domiel. C’était un vrai testament au savoir des Anciens : après plus de mille ans, la rouille n’avait même pas atteint ce qui était clairement leur création.

L’être ressemblait à un homme en cela qu’il avait deux jambes et deux bras. Mais la similarité s’arrêtait là. Sa tête métallique était ornée d’un oeil rouge unique qui émettait une lumière inquiétante. Son torse était lisse comme une armure, et ne présentait aucune aspérité. Ses bras étaient tendus en direction de Domiel, lui intimant l’arrêt. La créature était cependant immobile, figée dans cette posture menaçante. Shari n’osait rompre le silence.

images2

Domiel fit un pas en avant, et le monstre se mit à parler. A la grande surprise de Shari, il s’exprimait en Blûnen archaïque, avec des tournures de phrases rappelant celles de Daethos.

« Seul le personnel autorisé peut pénétrer dans la zone sécurisée. Veuillez présenter vos cartes d’accès. »

Shari ne comprenait pas grand chose… Cartes d’accès ? De quoi s’agissait-il ? Une clé peut-être ? Domiel semblait cependant plus à l’aise.

« Je suis Domiel Easor, représentant du Domaine Central. La directive d’urgence est en vigueur : autorisation DAF-04-70. »

La créature resta silencieuse un moment, comme si elle digérait les paroles de Domiel. Puis, d’un coup, elle se mit à répéter.

« Seul le personnel autorisé peut pénétrer dans la zone sécurisée. Veuillez présenter vos cartes d’accès. »

Domiel soupira. « Tant pis, j’aurais essayé. C’est regrettable de détruire un gardien en si bon état. »

Le mage appuya alors sur un bouton du petit appareil qui lui servait à produire de la lumière, et celle-ci se mit à s’intensifier tout en se réduisant à un simple point. La couleur de la lumière se mit également à changer, virant vers le bleu. Domiel visa alors l’œil cyclopéen de la créature avec ce rayon. Shari entendit un léger grésillement et vit la tête du monstre se mettre à fumer. Au bout d’un moment, cette masse de métal tomba en arrière, inerte.

Domiel, sans un mot, ré-appuya sur le bouton de son appareil pour le changer en lumière normale, et enjamba le corps inerte de la créature.

« Suivez-moi, Shari », dit-il simplement.

La jeune femme était sans voix. Elle mit un moment avant de reprendre ses esprit pour demander :

– Qu’est ce que c’était, Domiel ? Qu’avez-vous fait ?

Le mage eut un petit sourire…

– C’était un gardien de métal des Anciens. Ils les utilisaient pour protéger leurs bâtiments avant que les Sorcami ne les remplacent. Ils sont très robustes, mais ce ne sont que des machines, et leur point faible est leur œil, que j’ai détruit. Allons venez, ne trainons pas ici. Quelque chose me dit que nous approchons du but.

Shari enjamba à son tour la créature et emboîta le pas du mage. Tous deux avancèrent alors pendant quelques minutes dans le corridor, mais durent s’arrêter net lorsqu’ils atteignirent un mur appremment sans porte. Là, Shari ne put s’empêcher d’émettre une exclamation. Le mur était parcouru de symboles runiques, une copie à l’identique de ce qu’elle avait vu à Rûmûnd, près de la salle du bouclier.

« Domiel ! Nous l’avons trouvé, c’est le bouclier, j’en suis certaine ! »

Sans même attendre la réponse du mage, Shari se précipita vers le point central, et répéta la séquence qu’elle avait déjà effectuée à Rûmûnd, en murmurant « La Lame de la Couronne protège la Maison du Béni du Grand Ver ».

Lorsque Shari appuya sur le symbole central, le mur s’ouvrit, laissant apparaître une salle identique en tout point à la chambre du bouclier de Rûmûnd. Et ce fut au tour de Domiel de laisser la surprise apparaître sur son visage.

« C’est incroyable ! Le système de protection, caché au cœur même de la Tour de la Vie… Je n’aurais jamais cru… »

Le mage s’interrompit.

« Allons Shari, je vous laisse l’honneur. Accomplissez notre mission, et faites de Niûsanif le second pays à bénéficier de la protection et du savoir des Anciens. »

La jeune femme ne se fit pas prier. Elle entra dans la salle du bouclier, et d’un geste solennel, appuya sur le bouton central, réitérant la séquence d’activation qu’elle avait déjà vu à Rûmûnd. Le dôme de verre se mit à briller d’une lueur verte, d’abord très légèrement, puis de plus en plus fort. Et enfin, on entendit une voix annoncer :

« Bouclier activé. Bouclier activé. Bouclier activé. »

C’était fait ! Si l’on en croyait les écrits, Niûsanif était à présent à l’abri de l’arme d’Oeklos. Mais Shari savait que le plus dur restait à venir. Il allait à présent falloir convaincre les sénateurs d’agir contre le baron qui ravageait le continent…