Protection (1)

Protection (1)

Chapitre V – Protection

Shari trouva Redam Nidon à l’endroit même où elle l’avait laissé, quelques heures auparavant. Le vieux sage était toujours en train de lire son grimoire, prenant des notes au fur et à mesure. Il semblait faire preuve d’une patience et d’une concentration infinies, un trait que ne pouvait qu’admirer l’ambassadrice de Sûsenbal, qui arrivait passablement énervée.

– Maître Nidon ! s’exclama-t’elle, ne pouvant plus contenir son excitation. J’ai trouvé quelque chose dans les caves de la forteresse ! Il s’agit clairement de magie ! Peut-être est-ce ce que nous cherchons !

Shari se sentait comme une adolescente découvrant pour la première fois l’existence de la magie. Redam Nidon était cependant bien plus posé. Le gardien du savoir d’Omirelhen leva les yeux vers son interlocutrice et dit d’un ton paternaliste.

– Calmez-vous, mon enfant (excellence ne paraissait pas particulièrement convenir à la situation). Racontez-moi donc ce que vous avez vu.

Shari entreprit alors de dépeindre au vieil homme ce qui s’était produit dans la cave. Elle dut s’y reprendre à plusieurs fois car son énervement la poussait à utiliser des mots de Sorûeni oriental que Redam Nidon ne connaissait évidemment pas. Shari vit cependant le regard du mage s’éclairer au fur et à mesure de son récit, et lorsqu’elle eut fini, il dit :

– Ce que vous me narrez là est extrêmement intéressant. Combien dites-vous qu’il y avait de symboles autour du cercle ?

Shari avait une excellente mémoire, et il lui suffisait de voir une fois un objet pour le graver dans son souvenir.

– Il y en avait douze, et une rune centrale, indiquant ‘H’. Si vous voulez, je peux vous les dessiner.

– Vraiment ? Cela me serait extrêmement utile.

Sans attendre la réponse du vieil homme, Shari avait déjà commencé à tracer les symboles runiques sur un feuillet. Elle termina rapidement son dessin et le tendit à Redam Nidon.

enigme-rumund

Le sage observa attentivement le croquis de Shari pendant plusieurs minutes. Au bout d’un moment, il commença à marmonner :

« C’est bien un sceau… quelle pourrait être la clé ? les constellations… il faudrait un mage… peut être… Où ai-je bien pu déjà les voir ? »

Shari, ayant du mal à contenir sa curiosité, se décida à l’interrompre.

– Maitre Nidon ?

Le vieil homme parut surpris.

– Hein ? Oh ! désolé excellence… Je réfléchissais tout haut. Pardonnez-moi.

– Savez-vous de quoi il s’agit ? Que représentent ces runes ?

– Ah excellence, vous venez clairement de découvrir un Sceau des Anciens.

– Un Sceau des Anciens ? Expliquez-vous maître Nidon.

– Il s’agit, pour simplifier, d’une protection magique que les anciens utilisaient pour sécuriser l’accès à leurs plus précieux secrets. Les mages de Dafashûn les utilisent d’ailleurs encore, si je ne m’abuse. Le cercle que vous avez découvert est en quelque sorte une serrure qui ne s’ouvrira que si les symboles corrects sont sélectionnés dans le bon ordre. Tout autre combinaison doit provoquer l’extinction des lumières et le déclenchement du signal d’alarme que vous avez entendu. C’est très intéressant.

– Vous voulez dire que le cercle est un code ?

– C’est exact, excellence. Et le secret de ce code réside clairement dans la nature des symboles choisis.

– La nature des symboles ? Shari ne voyait pas où Redam Nidon voulait en venir.

– Oui mon enfant. Ces runes sont des lettres de notre alphabet, mais aussi les symboles pour les treize constellations dites « de l’écliptique » dans lesquelles passent les planètes. Regardez, je vais vous montrer.

Le sage commença à griffonner sur le feuillet qu’avait utilisé Shari. Au bout d’un moment, il lui tendit ce qu’il avait écrit.

enigme-rumund-2

– Vous avez ici excellence, expliqua alors Nidon, les treize symboles des constellations ainsi que leur nom en dûeni. Il apparaît donc clair que la clé de ce sceau est liée aux constellations. Je suis d’ailleurs persuadé d’avoir vu un sceau similaire quelque part, mais je ne me rappelle plus où exactement…

Le vieux maître resta silencieux un long moment. Shari ne pouvait imaginer la quantité de livres que devait avoir lu maître Nidon. Comment pouvait-il se rappeler de tous ? La jeune femme n’osait l’interrompre dans ses recherches mentales…

Tout d’un coup, le regard du vieil homme s’illumina et il s’écria : « Mais oui ! Ca ne peut être que là ! » D’un bond il se dirigea vers une des étagères de la bibliothèque et se mit à parcourir fébrilement les rayonnages, cherchant visiblement un livre. Enfin, au bout d’un moment, le sage finit par sortir un ouvrage qui semblait encore plus ancien que celui que Nidon consultait au moment où Shari était arrivée.

« Le voici ! Le Codex Dafas ! Écrit par le premier roi des mages peu après la fondation de Dafashûn. Un ouvrage extrêmement rare. Et je suis sûr que les mages n’auraient jamais voulu le voir entre les mains des profanes. C’est probablement Cersam Gindûn lui même qui l’a amené ici. Et j’ai la chance d’être un des rares hommes de Sorcasard à l’avoir lu ! »

Shari se tut, ne sachant quoi dire. Redam Nidon se mit d’ailleurs à parcourir les pages du livre. Il cherchait à n’en pas douter un passage bien précis. Au bout d’un moment il s’arrêta sur une page contenant un schéma en tout point similaire à celui que Shari venait de dessiner. Le vieil homme était dans un état d’excitation extrême.

– Je savais que j’avais déjà vu ce sceau ! Et le livre contient bien un passage concernant le bouclier, que je n’avais pas compris jusqu’à présent. Ça correspond parfaitement. Écoutez ceci :
« Et si jamais la mort lumineuse venait à frapper le continent de l’ouest, alors ses habitants pourraient la faire reculer en invoquant cette simple phrase : La lame de la couronne protège la maison du béni du grand ver. »
Voici notre clé !

– Je ne comprend pas, dit Shari, perdue.

– C’est pourtant simple. Nidon recommença a griffonner sur le papier. Regardez cette phrase en dûeni. Elle contient cinq noms de constellations : la lame, la couronne, la maison, le béni, le grand ver. Il suffit de remplacer les noms par leurs symboles, et on obtient la combinaison d’ouverture !

enigme-rumund-3

Shari réalisa alors la portée de ce que le sage venait de découvrir. Redam Nidon avait percé la clé du Sceau des Mages ! Il ne leur restait plus qu’à la fournir au sceau pour activer le bouclier de protection dont avait parlé Itheros. Le Codex Dafas était très clair à ce sujet. Jamais Shari n’aurait imaginé arriver si vite à un tel résultat.