Nemosor (4)

Nemosor (4)

La fontaine de Focrûn se situait au centre de la ville, non loin de l’imposante forme dodécaédrique du palais royal. La fontaine elle même était un plan d’eau contenant en son centre une statue de marbre de Focrûn II, le roi ayant guidé les mages vers la victoire contre l’empire de Dûen il y avait de cela plus de cinq cents ans. Autour de la fontaine s’étendait une vaste place au sol de marbre éclatant, et de nombreux restaurants y avaient leurs terrasses. La fontaine de Focrûn était un lieu de rassemblement pour beaucoup des habitants de Dafakin, et les étudiants avaient l’habitude de s’y retrouver avant de commencer leurs soirées.

Nemosor, Egidor et Codelia étaient donc parfaitement dans leur élément, attendant l’arrivée du mystérieux Lonin. Ils étaient tous trois impatients d’en savoir plus sur ce cercle de la tunique noire. Lonin n’avait cependant pas l’air de se montrer. Il était huit heures passées de dix minutes, et aucun signe de lui. Alors que les trois étudiants commençaient à se dire qu’il s’était payé leurs têtes, l’intéressé fit soudainement son apparition, comme venu de nulle part.

« Ainsi vous êtes venus ! » fit-il d’un air qui se voulait surpris mais ne trompa pas Nemosor. « J’en suis ravi. Vous souhaitez donc faire partie du cercle de la tunique noire ? »

« Nous aimerions déjà savoir de quoi il s’agit exactement. » répondit Codelia d’un ton de défiance.

« Ah ah… Mais nos activités sont très secrètes. Je ne peux rien vous dire avant que vous n’ayez passé le test, et ainsi prouvé que vous êtes dignes de faire partie de notre groupe. »

Codelia était plus petite que Lonin, mais elle soutint son regard pendant un moment avant de dire finalement.

« Humm et en quoi consiste ce test ? »

Egidor et Nemosor étaient restés silencieux, attendant de savoir ce qui les attendaient.

« Oh c’est très simple. » dit Lonin d’un air légèrement suffisant. « Il s’agit simplement pour vous d’emprunter chacun un livre à la bibliothèque  de l’université. »

Les trois étudiants se regardèrent d’un air étonné.

« Mais tout le monde peut le faire. » finit par dire Nemosor. « Il suffit de … »

Il fut coupé par Lonin.

« J’ai peur que vous ne m’ayez pas bien compris. Vous devez emprunter un livre, peu importe lequel, mais sans que les bibliothécaires soient au courant. Vous devrez ensuite me l’amener et me le montrer, puis vous pourrez le ramener. »

Nemosor regarda Lonin d’un air incrédule.

« Mais c’est du vol ! Nous risquons d’être renvoyés si nous nous faisons prendre. »

« Ce n’est pas vraiment du vol puisque vous ramènerez l’ouvrage au final. Quand au fait que vous risquiez de vous faire renvoyer, c’est comme ça que nous évaluons votre motivation à rejoindre notre cercle. Vous êtes bien entendu libre de ne pas le faire, et dans ce cas ce sera la dernière fois que nous parlerons. Mais si vous voulez vraiment rejoindre le cercle de la tunique noire, retrouvez moi ici demain à la même heure avec vos livres. A présent, je dois partir. Au revoir j’espère. »

Lonin repartit d’un pas rapide, laissant les trois amis stupéfaits au milieu de la place. Après un long moment de silence, Nemosor fut le premier à parler.

« Je ne le ferai pas, » dit-il fermement. Le jeune homme avait trop investit dans ses études de mage pour tout gâcher sur la demande d’un inconnu. Codelia le regarda un moment avant de lui rire au nez.

« Cela ne me surprend pas de toi, Nemosor. Cela ne fait que deux mois que nous nous connaissons mais tu ressemble un peu trop à l’étudiant modèle pour prendre des risques. Pas comme moi : je tenterai l’aventure. Et je suis sûre qu’Egidor sera avec moi. »

Ce dernier n’avait pas dit un mot de toute la conversation, et lorsque Codelia le prit à parti, il se mit à balbutier.

« Euh.. oui… enfin peut-être. »

« Allez Egidor, tu ne vas pas me lâcher non plus ? Je sais que tu n’es pas un peureux comme Nemosor. Montre moi que tu es un homme ! »

Nemosor s’était apprêté à dire quelque chose, mais les derniers mots de Codelia lui avaient coupé la parole, le blessant profondément. Il se tut donc, laissant son ami sous l’influence de la jeune fille. Egidor finit donc fatalement par dire.

« D’accord Codelia. Je suis avec toi. »

« Très bien, suis moi, j’ai une idée de comment nous allons procéder… »

Et tous deux s’éloignèrent, laissant Nemosor seul dans ses pensées. Avait-il vraiment pris la bonne décision ? Il ne voulait pas risquer sa future carrière de mage, mais ne venait-il pas de perdre ses deux seuls amis à Dafakin ? Nemosor savait cependant qu’Egidor ne lui en voudrait pas. Il était moins sûr pour Codelia : la jeune fille avait apparemment perdu le peu d’estime qu’elle avait pour lui…

C’est en ressassant ces sombres pensée que Nemosor se rendit à sa chambre. Il n’avait pas vraiment envie de sortir ce soir là, et il partit directement se coucher, oubliant dans le sommeil ce qui venait de se produire.