Nemosor (10)

Nemosor (10)

Nemosor courait, Codelia à sa suite. Tous deux se dirigeaient vers l’entrepôt qui avait servi d’atelier à Egidor. Il y avait une bonne chance que ce dernier s’y trouve encore et Nemosor espérait pouvoir ainsi arrêter cette folie. De plus même si Egidor n’était pas là, Nemosor pourrait toujours s’emparer de ce qu’il avait construit, rendant ainsi inutile l’excursion de son ami dans le Noyau.

Nemosor ignorait comment Egidor comptait outrepasser la sécurité qui entourait le Noyau, mais il supposait que le cercle de la tunique noire lui en avait donné les moyens. Le jeune mage n’avait pas le temps de s’appesantir sur le rôle du cercle dans cette affaire, mais il comptait bien en apprendre plus une fois que les choses se seraient calmées.

Mais le plus important était pour le moment d’empêcher Egidor de commettre l’irréparable. Nemosor avait brièvement considéré le fait de prévenir les autorités, mais il voulait laisser une chance à son ami. Peut-être pouvait-il encore être raisonné. Il savait cependant qui si son plan échouait, il ne lui resterait pas d’autre options.

Codelia avait peine à suivre Nemosor, le souffle court et les yeux encore embués de larmes. Il était cependant important qu’elle soit présente lors de leur confrontation. Sa voix ajouterait probablement du poids à celle de Nemosor.

Après une petite demi-heure de cette course haletante, les deux amis arrivèrent enfin à l’entrepôt. Codelia sortit une clé de sa poche et en ouvrit la porte. Au grand soulagement de Nemosor, Egidor se trouvait à l’intérieur, penché avec concentration sur une table de travail. Il ne s’aperçut de la présence de ses deux compagnons qu’au bout d’un certain temps, et manifesta sa surprise par un mouvement de recul.

« Que signifie ? » dit-il avec un étonnement non feint. « Tu oses amener Nemosor ici, Codelia ? Cela viole toutes les règles du cercle ! »

Codelia, sous le choc de cet assaut frontal, resta sans voix, et Nemosor dut prendre la parole.

« Ne blâme pas Codelia, Egidor. Je t’ai suivi hier jusqu’ici et je connaissais déjà cet endroit avant qu’elle ne m’explique ce que tu y faisais. Je suis venu avec elle pour t’empêcher de commettre une bêtise. Tu pourrais te faire emprisonner si tu tentes d’entrer illégalement dans le Noyau. »

Egidor eut un petit rire nerveux.

« Je savais que tu ne comprendrais pas ce que je suis en train d’accomplir, Nemosor. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne t’en ai jamais parlé. Mais je ne te laisserai pas me barrer la route : ma tâche est trop importante pour que j’échoue. »

Nemosor n’en croyait pas ses oreilles.

« Mais de quoi parles-tu? Tu es en train de construire une bombe ! Cela viole toutes les règles de Dafashûn, tout ce que nous avons appris à l’université ! »

« Toi et tes règles ! Tu ne vois pas que ce sont ces règles même qui nous empêchent d’atteindre notre plein potentiel, faisant de nous une simple nation dans un monde primitif alors que nous pourrions restaurer la puissance de l’empire de Blûnen. »

« Un empire que son arrogance à poussé à la perte. Ne retombe pas dans les erreurs des Anciens ! »

« Erreurs ? Lorsque j’aurai réussi à construire cet appareil, le cercle pourra montrer au reste du monde quelle est la véritable puissance des mages. Et je te garantis qu’aucune nation ne pourra nier notre suprématie. »

Nemosor n’aurait jamais imaginé que son ami s’était engagé si loin sur cette voie. Comment avait-il pu ne pas déceler les signes de ces pensées sur Egidor ? Il semblait à présent que rien de ce que Nemosor ou Codelia pourraient dire ne le convaincrait. Il ne restait plus qu’un solution : agir ! En un bond, Nemosor se jeta sur Egidor dans le but de l’immobiliser, criant :

« Je ne peux pas te laisser faire ça ! »

Mais au moment ou les bras de Nemosor allaient se refermer sur le torse d’Egidor, il sentit comme une décharge d’énergie et fut violemment projeté en arrière, retombant douloureusement par terre. Etourdi, Nemosor mit un petit moment avant de recouvrer une vision normale pour constater qu’une nouvelle surprise l’attendait.

Il était seul dans l’entrepôt. Il n’y avait plus trace d’Egidor ni de Codelia, ni même de la bombe sur laquelle avait travaillé le jeune mage. Nemosor réalisa alors que son ami avait probablement utilisé un système de téléportation, emportant Codelia avec lui pour une raison inconnue. Les téléporteurs étaient normalement interdit aux étudiants, particulièrement dans l’enceinte de Dafakin, mais cela n’aurait clairement pas arrêté Egidor. Dans un accès de lucidité, Nemosor  comprit qu’Egidor comptait probablement utiliser cette même téléportation pour pénétrer dans le Noyau.

Il ne restait à présent à Nemosor plus qu’une chose à faire s’il voulait éviter le pire. Il prit donc à contrecœur le chemin de l’université, décidé à informer le doyen des intentions d’Egidor.