Alliances (1)

Alliances (1)

Djashim avançait de merveille en merveille. Depuis que les trois voyageurs avaient pénétré à l’intérieur de la montagne, le jeune garçon avait découvert des prodiges dont il n’aurait jamais osé soupçonner l’existence. S’il avait eu besoin d’une preuve de la réalité de la magie, il n’aurait pas fallu aller plus loin pour la trouver. Même si ce que Domiel et Lanea appelaient le « complexe » était par certains côtés effrayant, cet endroit était aussi le plus fantastique où Djashim avait mis les pieds.

Tout comme ses aînés, le jeune garçon avait été témoin de la vision de l’éruption de L1, et il avait pu apercevoir les Anciens à leur période de gloire. Il avait alors compris une chose très importante. Tout comme leurs descendants, les Anciens avaient été des hommes et non des demi-dieux, comme le voulaient les légendes. En tant qu’hommes, ils avaient eux aussi commis des erreurs que leur pouvoir avait rendues plus terribles encore que celles des mages de Dafakin. Pourtant, malgré leur faillibilité, Djashim ne pouvait s’empêcher de s’extasier devant la grandeur de ce qu’ils avaient réalisé. Les Anciens avaient à jamais transformé le monde, et aucun de leurs descendants n’était capable de reproduire cet exploit.

A présent, Djashim observait Domiel, qui, debout devant le mur de ce qu’il avait appelé la salle du bouclier, appuyait sur des runes lumineuses disposées en cercle. Il semblait connaître parfaitement la séquence qu’il fallait suivre pour illuminer ces symboles, et lorsqu’il finit par poser la main au centre du cercle, le mur s’ouvrit soudainement, révélant une pièce dont le seul mobilier était un socle métallique surmonté d’un dôme de verre. Sans hésiter, Domiel s’approcha du dôme et appuya dessus. La demi-sphère se mit alors à briller d’une lumière verte qui pulsait lentement. Progressivement la lumière se fit de plus en plus éclatante. Lorsqu’elle eût atteint son pic d’intensité, une voix venue de nulle part annonça soudainement :

– Bouclier activé. Bouclier activé. Bouclier activé.

– Et voilà, fit alors Domiel. L1 est à présent protégé contre l’arme qu’utilise Oeklos. Notre ennemi ne peut plus utiliser son rayon pour briser les vannes et déclencher un cataclysme. Le mage sourit. Notre mission ici est accomplie, dit il simplement.

– Nous n’avons donc plus qu’à trouver comment sortir de cet endroit, dit alors Lanea. Etant donné le labyrinthe dans lequel nous nous trouvons, cela risque de ne pas être facile…

– Je pense que tu te trompes, répliqua Domiel d’un air mystérieux. Notre retour risque d’être bien plus simple et rapide que ce que tu penses. J’ai une idée qui devrait nous faire gagner énormément de temps. Mais avant tout, nous avons à discuter.

Le mage fit signe à ses deux compagnons de s’approcher.

Il nous faut décider de ce que nous allons faire à présent, reprit-il. Même si nous n’avons aucune preuve formelle qu’Oeklos est bien venu ici, il ne fait aucun doute pour moi que ce complexe est la pierre angulaire de son plan contre Dafashûn. En activant ce bouclier, nous venons de briser son levier face à la puissance du Royaume des Mages, mais il nous reste tout de même un problème.

– Oui, dit Lanea. Il va falloir convaincre le conseil des archimages que Dafashûn est bel et bien libéré de cette menace, sinon ils n’agiront pas.

– Exactement ! Et pour faire cela, nous n’avons pas d’autre solution que de retourner nous-même à Dafakin.

– Mais on va se faire arrêter ! coupa alors Djashim, surpris.

– C’est hélas le risque que nous devons prendre, Djashim, mais je crains que nous n’ayons pas vraiment le choix. Il nous faut informer les mages de ce qui s’est passé ici. Il n’y a cependant aucune raison que nous nous fassions emprisonner tous les trois. Le mieux est donc que nous nous séparions avant d’arriver à Dafakin et…

– C’est hors de question ! coupa Lanea, furieuse. Si tu crois que nous t’avons suivi jusqu’ici, Djashim et moi, pour te laisser te faire mettre en prison à Dafakin, tu te fourres le doigt dans l’œil. Et suis certaine que je parle pour nous deux quand je dis que tu ne te débarrasseras pas de nous aussi facilement.

Djashim approuva de la tête, et Lanea reprit.

Donc nous allons à Dafakin ensemble, et ce n’est pas négociable.

Domiel sourit tristement.

– J’avoue que je m’attendais un peu à cette réaction. Je pourrais tenter de vous convaincre, mais j’ai dans l’idée que ce serait peine perdue. Et je pense que de manère assez égoïste, je suis heureux que vous restiez à mes côtés. J’insiste cependant sur les risques que vous prenez. Les archimages peuvent se montrer très durs envers ceux qui les défient, et tu le sais mieux que quiconque, Lanea.

– Ce conseil vaut pour toi aussi, répliqua la jeune femme. Pour moi cette discussion est close.

– Très bien. Je n’en dirais donc pas plus. En route pour Dafakin, et qu’Erû nous garde !

Djashim regarda Domiel d’un air un peu surpris.

– Mais comment on sort d’ici, Domiel ?

– Et bien comme je vous l’ai dit, c’est en fait très facile. J’ai découvert en observant le plan de L1 que non loin de nous se trouve une station de Porteur.

Lanea ouvrit la bouche, frappée de stupeur.

– Tu veux dire que… nous pouvons rejoindre Dafakin par le Tube ?

– Et oui, c’est exactement ce que j’ai en tête. Si j’ai vu juste, il nous suffit de réalimenter la station et nous aurons rejoint le Royaume des Mages en quelques heures.

Djashim n’en revenait pas. Quelques heures ? Quelques heures seulement ? Alors qu’il leur avait fallu plusieurs mois pour venir jusque là ? C’était tout bonnement impensable ! Pourtant, après ce qu’il avait vu, le jeune garçon n’aurait pas dû être étonné. Tout ce qu’il fallait espérer à présent, c’était que les mages les écouteraient avant de les jeter en prison.